une souris d'Utopaille

Utopaille : l’histoire de la petite souris…

Bonjour,
Une fois n’est pas coutume, aujourd’hui je vais vous raconter une petite histoire de souris. Ou serait-ce une histoire de petite souris ?

Et si vous n’avez pas envie de lire, vous pouvez aussi écouter cette histoire…

la serre d'utopaille Il était une fois, il n’y a pas si longtemps de cela, une souris toute mignonne qui vivait bienheureuse dans une serre bien garnie. Ou plutôt faudrait-il dire, une famille de souris.
Elle aurait pu continuer à y vivre encore longtemps, cette petite famille, si elle n’avait pas eu un goût immodéré pour les petits pois. Elle aimait tellement ça que dès que quelqu’un semait des pois dans la serre, elle se précipitait, la nuit venue, pour les manger.

Le problème

En 2017, la disparition des pois a été mise sur le compte de la météo et puis il y avait tellement de choses nouvelles à gérer que l’on ne s’est pas attardé sur la question. Mais en 2018, ce fut une autre histoire. Ne voyant pas les pois lever directement en terre, ils furent mis à germer dans la maison, puis transplantés dès qu’ils eurent atteint quelques centimètres.

Et c’est là que tout a basculé pour la famille de petites souris : au petit matin, les belles pousses de pois ont été retrouvées têtes tranchées sur la terre. Et de pois, il n’y avait plus… La signature n’a pas laissé le doute planer bien longtemps : la famille était repérée !

La première solution

Mais que faire ? Tuer ces mignonnes petites bêtes dans une violente tapette n’était pas du goût des occupants des lieux. Par chance, une petite cage à loir fut trouvée à proximité du lieu de l’intrigue. Ni une, ni deux, Laurent sacrifiait un sacro-saint morceau de fromage pour appâter la belle. Mais elle ne se donna pas le premier soir, son éducation ne le permettait pas !

Utopaille La cage à loir

Cependant, le goût du fromage eut vite raison de sa volonté ! Et le lendemain matin, nous avons trouvé une jolie souris dans la cage, qui fut emmenée fissa dans le jardin des voisins – euh, non à quelques kilomètres de là, histoire de ne pas la revoir.

Pour être sûr que les prochains pois soient en sécurité, le piège est remis. Cette fois, il y a 2 souris dans la cage, mais l’une d’elles est blessée, ce qui nous contrarie.

Et l’histoire aurait pu s’arrêter là. Vous n’en auriez pas entendu parler. Mais il y eut une suite…

Le nouveau problème

Avec avril arrivent les semis de courges. En quantité suffisamment importante pour que la maison ne puisse pas tous les accueillir. Pas grave, on les laisse dans la serre. Et le lendemain, on retrouve quoi ? Des épluchures de graines de courges sur les petits pots. Et sur la trentaine de graines, seules 2 en ont réchappé ! Adieux melons, potimarrons, pâtissons, courgettes blanches de Virginie, etc. Mais qui serait la prochaine victime ? Impossible de laisser le crime impuni, donc à nouveau un morceau de fromage fut sacrifié (merci les auteurs de livres pour enfants ! Mais bon, ils n’ont pas menti, on peut penser qu’elles aiment vraiment le fromage, comme plein d’autres choses).

Utopaille : semis de courges mangés

Le lendemain, une petite souris dans la cage. Mais au moment de la sortir de la serre, prise de panique, elle prend son élan et parvient à passer entre les barreaux de la cage. Voilà le trappeur tout penaud !

La nouvelle solution* !

Mesure est donc prise, et nous voilà équipés de nouvelles cages : cette fois, plus de tiges métalliques, donc moins de risque de blessures. Et des aérations plus petites et rigides, donc il faudrait vraiment une souris minuscule pour qu’elle puisse sortir.

Les pièges sont mis en place, et le lendemain bingo ! A nouveau une petite souris !

Utopaille Souris en cage     Utopaille souris dans la cage

Cette fois encore, elle est relachée à quelques kilomètres de là, au même endroit que la première : sait-on jamais, peut-être retrouvera-t-elle sa camarade ? En tout cas, elle n’est pas du tout blessée, et quasiment cool : suffisamment pour se laisser tranquillement prendre en photo à la sortie de la cage, venir faire un petit tour sur mon pied, avant de rejoindre le mur en pierre en quelques bons.

Utopaille souris

Vive la souris libre !

Utopaille souris libérée

Mais si possible, pas dans ma serre !

Conclusion

La morale de cette histoire, c’est peut-être qu’avec un tout petit effort, on peut ménager la chèvre et le chou, ou le pois gourmand et la souris gourmande !

Alors je ne fais pas de pub, mais vraiment on est ravis de ce piège. Ravis de pouvoir gérer le problème sans recourir à des méthodes radicales et peu ragoûtantes. On vous le recommande vivement ! Ca marche aussi pour les souris dans la maison, à la cave, au grenier… bien sûr !

Et on espère que l’année prochaine, on pourra manger des pois semés dans la serre à Utopaille ! Pour cette année, on va attendre les pois de pleine terre, et on a refait les semis de courges…

Reste maintenant à tester la petite boîte à l’extérieur, où on a beaucoup de trous dans la terre. Mais si ce sont des rats taupiers, ce n’est pas dit qu’ils sortent. On vous en touchera 2 mots dans un prochain message, car comme la plupart des utilisateurs de paillage, cela peut devenir un vrai souci pour nous… en attendant de planter les fritillaires impériales à tous les coins de parcelle !

A très bientôt pour vous parler de notre 1er atelier Cuisine des plantes sauvages…

Bénédicte

* Géraldine vous le confirmera, à chaque problème, sa solution !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *