paquerettes

Juste une mise au point

Bonjour à tous,
Cela vous est probablement déjà arrivé : parfois, vous ne demandez rien à personne, vous voulez juste être aimable, et finalement, vous vous retrouvez dans une situation désagréable.
C’est ce qu’il m’est arrivé la semaine dernière.
J’ai candidement accepté de répondre à quelques questions sur le wwoofing. Je me suis exprimée simplement, comme on le fait à l’oral. Et au final, je découvre un article qui dit que « nous ne souhaitons pas accueillir d’étrangers » et que « je n’ai pas vraiment besoin d’aide ». Les réactions des lecteurs ne se sont pas faites attendre. Et nous le comprenons, car même avec le décodeur, nous nous sommes sentis très mal à l’aise lorsque nous l’avons lu.
Alors voici le « fond » de notre pensée…

La permaculture c’est politique

C’est dans sa définition même : la permaculture, c’est prendre soin. C’est créer l’abondance dans le respect du vivant pour partager les surplus. Inutile de vous faire un dessin pour voir que cela n’est pas possible dans notre système économico politique, notre société de consommation et de paraître. La permaculture n’est pas simplement une énième méthode agricole. C’est toute une philosophie de la vie et du rapport à la nature. Et elle n’est pas compatible avec une organisation de la société qui prône l’accumulation de capital à des fins d’enrichissement pécuniaire individuel, à n’importe quel prix humain, environnemental …

Agir local

Nous sommes conscients des impacts internationaux de nos actions individuelles locales. Nous souhaitons donc partager nos analyses avec d’autres acteurs locaux. Notre maîtrise des langues étrangères étant insuffisante pour permettre un débat d’idées intéressant et enrichissant, nous préférons les échanges en français. Ce n’est donc pas la dimension internationale du réseau de woofing qui nous intéresse le plus, mais plutôt de recevoir ces jeunes qui souvent, comme nous par le passé, ont un emploi salarié dont ils questionnent le sens. Leur raconter notre expérience, ce qui nous a fait sauter le pas, ce que nous y avons trouvé, les pièges que nous avons identifiés. En bref, alimenter leur réflexion et la nôtre, comprendre leurs motivations.

Nous soutenons les actions d’accueil de certaines associations, et agissons à notre mesure afin de faire prendre conscience du lien entre les agissements des sociétés occidentales et les déplacements dramatiques de population qui ne font probablement que commencer. Ce « reportage » sur le wwoofing nous a fait découvrir l’existence du programme « Solidaire » de l’association wwoff France. C’est une dimension nouvelle qui nous semble très intéressante, et que nous allons probablement explorer rapidement…

Nous apprécions votre soutien !

Nous avons la chance d’avoir pu choisir « un modèle économique » où nous ne dépendons pas du travail bénévole pour vivre. En ce sens, nous sommes totalement en ligne avec l’esprit du wwoofing : partage d’expérience. Mais nous avons la chance de bénéficier de « coups de mains » divers et variés qui nous permettent d’aller plus vite, plus loin et dans la bonne humeur ! Cela nous donne un élan extra-ordinaire ! Et je profite donc de cet article pour vous dire un immense merci. Merci pour votre accueil, merci pour vos conseils, vos lumières, vos discussions contradictoires…et votre aide.

Sur ce, nous retournons au jardin et en cuisine pour vous préparer de belles assiettes dimanche lors des Printanières…où nous ferons la connaissance de Caroline qui vient partager une semaine de wwoofing avec nous. Au programme, plantation de tomates si le temps le permet, dégustation des recettes à base de plantes sauvages que nous peaufinons pour le 19 mai… et nous l’espérons, de nombreuses conversations, mais si possible pas au coin du feu !

Merci à vous tous et à très bientôt,

Bénédicte et Laurent

* Merci à Didier de « Mon potager plaisir » pour cette idée de titre. J’avais pour ma part totalement oublié cette chanson et le nom de son interprète. Mais suite à son message, l’air ne m’a plus quittée ! Ne m’en veuillez pas s’il vous arrive la même chose !

Une réflexion sur “Juste une mise au point

  1. Guinot dit :

    Le poids des mots mérite qu’on pèse le sens surtout dans la trace écrite, ce que ne semble pas avoir fait la journaliste.
    J’espère qu’elle aura connaissance de ce très bel article écrit par Bénédicte
    Amitiés
    Dominique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *